Categories
Uncategorized

Rencontre Entre Salafi

rencontre entre salafi

rencontre entre salafi Au cours du mois de janvier, il y aura une réunion entre salafistes et autres sunnites au Qatar. L’ordre du jour principal est de concilier les différences et également de promouvoir le dialogue entre sunnites et chiites. Cette rencontre entre salafistes et sunnites au Qatar sera similaire à celles tenues tout au long de l’année, lorsque ces groupes tenteront de se rencontrer en Égypte pour discuter de questions liées à la religion. Cependant, certaines différences ont été révélées depuis la formation de l’émirat du Qatar et la direction de ce pays, qui pourraient s’avérer être une étincelle pour une plus grande unité religieuse.

L’émirat du Qatar a nommé une femme qatari comme chef suprême de tous les sunnites au Qatar, et elle est connue sous le nom de Hada Musawi. Hada Musawi est une ressortissante égyptienne qui est maintenant le chef suprême de tous les sunnites au Qatar, et elle est également membre du Conseil national de sécurité du Qatar. Il faut cependant noter qu’elle est également présidente de la Ligue musulmane mondiale, qui n’est une institution reconnue dans aucun pays. Le Conseil islamique mondial est également une organisation qui a été créée par Hada Musawi, et elle est reconnue par tous les pays comme une association internationale. Hada Musawi est l’épouse de l’actuel chef de la Banque islamique d’investissement (ICB) au Qatar, et elle est largement considérée comme la personne qui a porté le différend entre le Qatar et Israël à l’attention de la communauté internationale. Elle est également largement considérée comme la personne qui a orchestré le complot présumé visant à tuer l’ancien président Bill Clinton.

Au cours des deux derniers mois, le président égyptien Muhammad Mursi s’est rendu à Doha, au Qatar, et s’est adressé au monde musulman. Il a tenu à souligner la nécessité de respecter la terre sainte de l’Islam et a déclaré que la violence contre les juifs et les chrétiens en Égypte ne représentait pas la volonté du peuple égyptien. D’un autre côté, il a refusé de s’excuser pour l’incendie récent de l’église de Qusayr et a déclaré que de tels actes ne resteraient pas impunis. C’est peut-être vrai, mais la question qui doit être posée est de savoir si les Frères musulmans ont finalement été acceptés comme acteur politique par le gouvernement égyptien, ou s’ils sont vraiment les bienvenus. On pense généralement qu’ils ne sont pas les bienvenus, bien qu’il y ait eu des rapports de discussions calmes entre Mursi et le ministre des Affaires étrangères du Qatar.